Crystalic – Persistance

Genre: Heavy-Death                 ® 2010

Douze ans de carrière, deux albums. Chaque chose en son temps, Crystalic est le genre de groupe qui prépare doucement le terrain avant d’être sûr de savoir dans quoi il met les pieds.

Watch Us Deteriorate revisitait sans vraiment faire dans le plagiat les débuts du Death mélodique instauré par At The Gates et In Flames (c’est toujours bon de le redire) et même le savoir-faire du haut-de-gamme Chuck Schuldiner, mais souffrait d’un chant bien trop linéaire, pas assez death pour ainsi dire, pour un rendu qui fut pour le coup plus assimilé à un heavy des plus basiques qu’autre chose.

Surement déçu des résultats de son premier rejeton, le groupe finnois décide de se séparer de son principal fauteur de troubles, Moberg, qui laissera place à un autre inconnu du bataillon, Lasse Heinonen. Et c’est alors à notre plus grande joie que débarque un Crystalic tout frais en 2010. Inutile de tergiverser davantage, ce nouveau vocaliste n’a strictement rien à voir avec son prédécesseur: son growl est puissant, et les quelques passages de chants clairs sont impressionnants de sincérité et de justesse.

Voilà qui réchauffe les coeurs, car on tient enfin entre les mains un death mélodique des plus ravageurs. Persistence marque une évolution considérable de Crystalic dans la qualité de ses compositions, qui sont beaucoup plus variées que sur son prédécesseur. Grosse production qui ne vise pas à en mettre plein la vue, mais juste à appuyer la précision du jeu de chaque membre qui apporte sa touche personnelle pour une démonstration conséquente.

« Sub-Creatures » ouvre le bal avec une intro acoustique de toute beauté pour ensuite balancer une purée compacte et délicieuse, encore très heavy dans l’ensemble mais diaboliquement orchestrée. Puis virage avec le black/death « Throne of Sin » avec apparition du chant clair qui n’a absolument rien de ridicule car volontairement mis en retrait, plutôt bien réfléchi pour une fois. En gros, l’album est constitué de cette formule: des morceaux plus heavy (« Voiceless Army », « Wall of Sanity ») et d’autres plus death (« Lord of the Mourn », « New Time ») histoire qu’il y’en ait pour tous les goûts.

« Eulogy », de sa magnificience impose une détente méritée dans toute cette énergie avant que « Blastbeat Of My Heart » ne nous replonge immédiatement dans cette brutalité contrôlée, et ce jusque « Too Dark To See » au nom évocateur, qui clôt l’album sur neuf minutes d’un Death mélodique majestueux.

Une bonne chose de faite! Crystalic s’est donné les moyens de reconquérir le public en s’éloignant de la rondelle de ses aînés cités plus haut pour se rapprocher discrètement de Dark Tranquillity, notamment en intégrant un clavier en fond sonore sur certains titres (« The Flame »).

Remercions ce nouveau chanteur de taille et les guitaristes d’apporter les touches essentielles à l’identité du groupe, pas toujours flagrante mais quand on est saisi par une mélodie, il est possible de faire fi sur la réelle position du groupe dans toute cette métalorgie. Très bonne surprise.

7,5/10

Laurent.

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s