Lazarus AD – Black Rivers Flow

Genre: Thrash groove            ® 2011

Que fallait-il encore au label Metal Blade déjà équipé d’un Lazarus A.D armé d’un The Onslaught pour se faire un nom ? Il y a trois ans, les chasseurs nous ont pondu un premier album efficace qui comptait tout de même quelques erreurs de jeunesse l’empêchant d’être nommé « album thrash de l’année ».

La recette du quatuor est des plus délicieuses : un soupçon de lead guitare sur un lit de Thrash Bay Area type Exodus. Saupoudrez le tout de Power métal américain et vous obtiendrez la force de ce groupe un peu particulier. Surtout que le groupe a décidé de mettre les bouchées doubles avec Black Rivers Flow en esquivant le rabâchage de plans déjà exploités depuis les débuts du genre. Non pas que le rendu soit spécifiquement jamais vu, mais l’ensemble est suffisamment varié pour ne pas subir ce sentiment de répétition du premier opus. Moins de blast-beat au profit d’une approche plus hardcore, pourquoi pas, quand on peut profiter davantage de la dextérité des musicos et du chant pas encore parfait mais suffisamment agressif de Jeff Paulick.

A en juger sur le titre d’ouverture alléchant qu’est « American Dreams » lorgnant vers la hargne et la lourdeur d’un Pantera ou sur la bombe éponyme avec son refrain accrocheur plus ou moins en chant clair, la base de ce nouveau méfait est bien plus réfléchie et imposante. Les solis sont encore plus longs et sacrément bien exécutés, comme sur « Through Your Eyes » ou la plus rentre-dedans « The Ultimate Sacrifice ».

Un véritable raz-de-marrée sonore efficace qui fait légèrement défaut chez les Anciens ces dernières années, ce mélange des influences ne fout pas autant la gerbe qu’un groupe de la Bay Area s’orientant vers le crossover par exemple, car le principe est tout simplement de servir intelligemment les accros aux sensations fortes. Ne cherchez pas trop les riffs saccadés, ils n’ont été que partiellement intercalés entre deux plans rythmiques ou pour accompagner un solo (« Light a City » entre autre), laissez-vous guider par le groove incessant et ce lead mélodique tout à fait bienvenu.

Un groupe qui a su prouver qu’il sait avancer dans son propre style sans en faire trop, juste en se laissant guider par les éléments qui font la singularité du métal Outre-Atlantique. Nul doute que le prochain arrivage sera encore plus proche du perfectionnisme, mais en attendant Lazarus A.D frappe déjà très fort avec ce cru 2011. Débuter cette année avec le sourire et quelques torticolis, que demander de plus?

Laurent.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s