Beck – Odelay

Genre: Beck                        ®1996

Alors que le monde est contaminé par l’imparable «Loser», Beck, désireux d’exposer toujours plus son immense potentiel, compose en 1996 l’album le plus éclectique de sa carrière. Car s’il y a bien un terme qui colle à la peau de l’artiste, c’est «innovation». Mêler autant d’inspirations pour pondre des albums qui partent dans tous les sens avec pas grand chose n’est pas monnaie courante en cette période où le rock alternatif commence sérieusement à squatter les ondes.

Mellow Gold ayant surpris bon nombre de personnes, il fut difficile d’appréhender de manière sereine la future galette du bonhomme. Allait-il nous resservir cette même patte country/folk/blues bizarroïde et dissonante? Affirmatif. En effet, Odelay reprend les éléments présents sur son prédécesseur mais se permet de les recadrer dans un contexte plus pro, moins bordélique.

En tout cas le livret lui pourrait laisser croire le contraire: des dizaines d’images n’ayant rien à voir entre elles ont été superposées (un cheval alcoolique, un cafard avec un couronne de César, un type sur le trône) par Beck lui-même.

Extrêmement hétérogène avec l’ajout d’instruments inédits comme l’harmonica ou le saxophone, aucun des treize titres présents ne semble avoir de rapport avec ses voisins. Entre chanson rock puissante («Devil’s Haircut» qui contient un sample de «Out of Sight» de James Brown, «The New Pollution», «Novocane», «Minus») et loufoqueries du style «Sissyneck» ou «Lord Only Knows», Beck régale son auditeur, qui tombe en émoi sous la force des ballades que sont «Jack-Ass» (clin do’eil à Bob Dylan avec le sample tiré de «It’s All Over Now, Baby Blue») et «Readymade».

Arrangements à couper le souffle, production signée The Dust Brothers, Odelay est moins célèbre que Mellow Gold et que ses successeurs, mais est certainement le plus représentatif et aussi le plus accessible de l’artiste. Ne pas connaître ce chef-d’oeuvre est une erreur, car il n’y a pas meilleur tremplin pour entrer dans l’univers Beck. Une bonne dose de sensations extrêmes de la part d’un amoureux de la musique et des expérimentations sonores.

Laurent.

Publicités

Une réflexion sur “Beck – Odelay

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s