Madina Lake – World War III

                           Genre: rock alternatif  ®2011

On peut dire que Madina Lake a parcouru un chemin long et périlleux avant d'obtenir une certaine reconnaissance de la part du public. Quel public, d'ailleurs? Il est vrai qu'il n'a jamais été aisé de placer la formation dans quelconque mouvement ou genre musical. Trop intelligent pour être émo, trop juvénile pour être purement crédible, le quatuor Chicagoan avait légèrement fait parler de lui à la sortie de son deuxième album Attics To Eden (2009) pour sa capacité à pondre des tubes redoutables mais aux mélodies parfois faciles. Ceci dit, la patte du groupe était déjà bien présente et ce nouveau World War III apporte encore du neuf, à notre grand bonheur.

A l'ombre de ce "trop d'artistes" qui pensent n'avoir rien à prouver en s'appropriant le son d'un mythe survivent des petites montures comme Madina Lake à qui il serait de mauvaise foi de reprocher une absence d'évolution, car de l'imagination, ces garçons n'en manquent pas! Et puisque l'heure est au formatage radio, autant s'y atteler mais en subtilité. Moins nerveux que l'était son prédécesseur, World War III y gagne au change en proposant un son plus propre (quel plaisir d'entendre une basse gronder ainsi), des morceaux courts aux refrains entêtants, plein d'accroches et une plus grande diversité au fil de l'album. Pour sûr, les deux titres qui ouvrent l'album, "Howdy Neighbor!" et "Imagineer" -morceau produit par Billy Corgan (Smashing Pumpknis)- annoncent la couleur et sonnent comme de futures références de leurs mélodies imparables, portées par un Nathan Leone dont les cordes vocales ne cessent de nous surprendre. Encore une fois, le combo a misé énormément sur les refrains, en témoigne celui de "They'Re Coming For Me", titre lent qui aurait bien sa place dans un stade et surtout "Hey Superstar", l'un des meilleurs crus de cet album avec son riff monstrueux.

Et comme il est coutume de faire en notre ère, ces rockeurs n'ont pas hésité à incorporer de l'électro à certaines de leurs compositions. Oui mais attention, on est quand même loin de patauger dans la pop mièvre et de mauvais goût. Ceci n'a que pour unique but de faire évoluer un son et l'affaire est parfaitement maîtrisée. De ce mariage sont issues les perles dansantes "Fireworks" et "Heroine" qu'on se plaît à repasser au moins trois fois d'affilée. Et enfin, "Blood Red Flags" redonne un coup de bourre de sa rythmique agressive avant de finir en toute sérénité sur les planantes "Take Me Or Leave" et "The Great Devide", si on exclue la piste instrumentale cachée.

Que d'éloges pour le coup, parce que trouver des albums de cette trempe de nos jours s'avère être un exercice difficile que même Internet a du mal à réguler. Les ricains de Madina Lake sont un peu mes "chouchous" du moment et j'invite les amateurs de rock alternatif à foncer tête baissée sur cette Troisième Guerre Mondiale menée par les frères Leone. Difficile d'en décrocher...

Laurent.

3 réflexions sur “Madina Lake – World War III

  1. Qu’entends tu par « Trop intelligent pour être émo » ? C’est un album très médiocre à mon gout, tu dis qu’on est loin de patauger dans la pop mièvre mais niveau mièvrerie, je trouve qu’on en a jamais autant entendu venant de Madina Lake : They’re Coming For Me, We Got This et Take Me Or Leave en dégoulinent ! L’autre problème réside dans les chansons quasi electro comme Across 5 Oceans, Fireworks et Heroine qui sont ce que j’ai entendu de pire venant d’eux, radiophonique à 100%. Les deux premiers titres, What It Is To Wonder, Blood Red Flags et The Great Divide remontent le niveau mais sentent la redite des précédents efforts.
    On est très loin du groupe prometteur qui nous a pondu « Adalia », « One Last Kiss » ou encore « True Love ».

    • Avant tout, merci pour ton commentaire. C’est le premier avis opposé qu’on me propose, et ce n’est pas une mauvaise chose. « Trop intelligent pour être émo »= on aurait pu identifier Madina Lake comme étant émo comme le furent The Used (quelques similitudes dans le style) mais pour ma part, c’est impossible. Ce groupe est non seulement à part mais propose des mélodies recherchées, même sur des morceaux qui peuvent paraître radiophoniques mais de toute manière, radiophoniques ou pas, ils m’ont conquis et j’ai vraiment envie qu’on s’y intéresse. J’avais adoré Attics To Eden mais je n’aurais pas apprécié un Attics to Eden II. Cette évolution dans leur son et ce virage électro ne me paraît pas spécialement facile, il correspond parfaitement à l’esprit du groupe et c’est pourquoi je n’arrive pas à trouver cet album mièvre (sauf peut-être « They’re Coming For Me » à la longue mais ce n’est qu’un mince détail).
      Bref, pour ma part c’est bien au-dessus de la masse du rock alternatif d’aujourd’hui, après c’est surement mon éclectisme qui fait que mes impressions sont moins catégoriques et mes jugements, plus souples. D’ailleurs, en dehors des Chroniques du Pire, ça ne m’intéresse pas de descendre des albums en flamme (même si aucune loi ne l’interdit ^^)

      Merci encore, bonne lecture. Laurent.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s