Metallica – Kill ‘Em All

Genre: speed/thrash             ®1983

La véritable histoire de l’épopée du thrash metal commence ici. Né d’une fusion entre le punk hardcore (ex: Discharge) et la New Wave Of British Heavy Metal -elle même issue de Black Sab’ et Judas Priest- toute fraîche, le genre le plus « battant » du métal a fait ses premiers pas avec Metal Church, Overkill et Slayer mais c’est le premier album de Metallica, Kill ‘Em All, qui le popularise.

Aaaah, Metallica… Si vous saviez à quel point j’en ai ma claque d’entendre ce groupe cité partout et d’entendre toujours les même morceaux tourner dans les réunions métalliques. Il aurait facile de cracher sur le groupe de métal le plus célèbre justement parce qu’il est le plus célèbre, mais le fait est qu’en dehors de cette sur-notoriété, ce groupe a fait de bons disques. Des putains de disques, même. Pour l’instant, nous en sommes au stade où James Hetfield (chant/guitare rythmique), Lars Ulrich (batterie) et Kirk Hammet (guitare lead), alors en compagnie de Cliff Burton (basse) et dont la moyenne d’âge ne dépassait pas les 20 ans, excellaient dans le thrash, celui que le public acclame le plus en concert et redemande pour les rappels. Enregistré en seulement dix-sept jours au Music America Studio de Rochester et produit par Paul Curcio, Kill ‘Em All est de loin l’album le plus spontané de Metallica mais l’heure n’est pas encore à la personnalité prononcée, car tel le groupe l’a affirmé au cours de plusieurs interviews, l’influence des british de Diamond Head a été cruciale pour la carrière des Mets qui leur doivent tous ces titres ultra-rapides et bien rythmés.

Bien entendu, au-delà de la comparaison se cache un talent fou bien démarqué pour un premier album. Non seulement la prod’ est loin d’être aussi pourrie que celle des premiers Venom ou de Show No Mercy de Slayer sorti trois mois plus tard mais nos quatre zicos’ font preuve d’une technicité rarement entendue jusque là. Paraît-il que Dave Mustaine, parti fonder Megadeth après s’être pris quelques baffes par Hetfield, a co-écrit la moitié des chansons de Kill ‘Em All. Laissez-moi vous dire ceci: on-s’en-tape! Après tout,  Hammet et Hetfield ont remis les choses au goût du jour et c’est très bien comme ça. « The Four Horsemen », futur patronyme du quatuor, est la preuve qu’il n’y a rien a regretter de tout ça avec ce gros break central mené par Burton et Hammet, tout comme « Whiplash » et la légendaire « Seek’N’Destroy » rentrent dans le tas avec un enchaînement de riffs nerveux et mémorables au même titre d’ailleurs que le morceau écrit en hommage à Motörhead, « Motorbreath ». Et je ne vous cacherais pour rien au monde ma préférence pour les morceaux instrumentaux de Metallica ici sous la forme d’un « Pulling Teenth » (Anesthesia) improvisé par le définitivement regretté Cliff Burton rejoint par le définitivement mauvais -mais à la frappe authentique- Lars Ulrich.

Première étape réussie pour l’un des pionniers du thrash metal dont le prochain album marquant le début d’une évolution vers un style plus progressif fera de lui le modèle des générations à venir. En attendant, si vous aimez les discours allant droit au but, il y a le choix entre Kill ‘Em All et/ou… St. Anger!

Laurent.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s