Motörhead – Ace Of Spades

Genre: heavy rock’n’roll              ®1980

Des albums qui ont traversé des décennies, il y en a un paquet, mais combien ont autant influé sur le heavy metal que Ace Of Spades?  Tous ces groupes de heavy speed ainsi que le thrash metal lui doivent autant qu’aux premiers Black Sabbath et Judas Priest donc qu’on aime Motörhead ou pas, on ne peut remettre en cause son statut de classique. D’ailleurs quel amateur de musique à sensation n’aimerait pas la bande à Lemmy? Ce gros rock’n’roll réunit metalheads et rockeurs tout court, ça joue fort et ça vient des tripes avec seulement une guitare, une batterie, une basse et un chant qui pue autant l’alcool que la clope. Trente-cinq ans que ça dure ans en espérant avoir un prolongement d’au moins dix bonnes années, car si la musique des Britanniques n’a que très rarement muée, on a plaisir à voir un groupe qui respecte une certaine ligne de conduite tout en sachant pondre des hymnes identifiables. Voilà pour le blabla.

A l’époque de la sortie de Ace Of Spades, les postes de batteur et de guitariste étaient occupés par Phil Taylor et « Fast » Eddie Clarke respectivement. Enregistré aux studios Jackson en un mois, cet album est né d’une bonne ambiance entre les membres où les fous rires ne cessent de modifier les structures de chaque chanson. La situation semble tellement ridicule que le groupe décide d’enregistrer certains morceaux en une prise, mais un fou rire a raison pour la énième fois de « Fast » Eddie Clarke pendant le solo de « (We Are)The Roadcrew » qui va laisser place à un larsen devenu culte. Outre cet incident assez drôle quand on en connait l’origine, la qualité des morceaux de Ace Of Spades est irréprochable. Parmi eux se tient à la première place leur titre le plus adulée par les fans, « Ace Of Spades », véritable arme de guerre prête à faire exploser les tympans des plus téméraires. La production de Vic Maile est volontairement modeste afin que l’album soit le plus rock’n’roll possible malgré les nouvelles technologies désormais accessibles dans les studios.

Considéré comme un pionnier de la NWOBHM, Motôrhead est surtout un trio de rock’n’roll qui dit merde à la mode tout comme AC/DC -avec toutefois plus d’albums de qualité à son actif- dont les morceaux se réfèrent souvent aux mêmes gammes. Et malgré cet aspect qui appelle à la non-créativité, on aime, on adore, on adule Motörhead tout simplement parce qu’on a rarement entendu une musique aussi virile ailleurs. Ace Of Spades en est un excellent exemple aux côtés de Bomber (1979), Inferno (2004) et le très controversé mais chef-d’oeuvre à mes yeux Another Perfect Day (1983). A écouter les enceintes prêtes à exploser.

Laurent.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s