Manitas De Plata

Genre: flamenco/musique tzigane

Les Dieux de la guitare ne sont pas exclusifs au heavy metal, et ça on le sait depuis que Django Reinhardt a popularisé le jazz manouche. Associé au flamenco depuis la moitié du XXè siècle, il a permis à la guitare dite « flamenca » de s’exprimer en solo sans accompagnements de cuivres et de percussions propres à la musique tzigane. Parmi les virtuoses de la guitare flamenca, on trouve Sabicas, Carlos Montoya ou Manitas De Plata, ce dernier étant celui qui a le plus attiré mon attention.

Pour une fois, il ne s’agit pas de donner un avis sur un disque mais plutôt de présenter l’artiste lui-même et de vous inciter à vous pencher sur quelque chose de moins populaire chez les jeunes. Attention, Manitas De Plata est une référence du flamenco contemporain, il est celui qui a vendu le plus d’albums de ce genre musical dans le monde, sauf que son nom n’apparaît que trop rarement dans des dicussions sur la musique. A 90 ans au compteur, « l’homme aux petites mains d’argent » continue les représentations dans la région Languedoc-Roussillon -sa terre natale- avec un style inchangé depuis qu’il a découvert Django Reinhardt et tenté, en vain selon lui, de marcher sur les traces de son idole. Mais Manitas n’a rien à envier à son maître spirituel parce que seul, la guitare à l’épaule, il parvient à mettre l’ambiance en enchaînant à une vitesse folle les pulgar et les hammers, techniques utilisées fréquemment dans le flamenco et même dans le heavy metal. Chaque morceau est technique, beau, entraînant, sans artifices et enregistré en une seule prise, si ça ne tient pas du virtuose, où va le monde? Yngwie Malmsteen peut aller se rhabiller -bien que je ne remette pas en cause sa virtuosité, son style est de plus en plus pompeux au fur et à mesure des années- car Manitas a le don de charmer à la moindre note jouée. Quelques fois accompagné d’un chant et/ou de percussions en arrière-plan, le style de Manitas est unique et ne donne jamais l’impression de revivre deux fois le même moment.

A écouter sur une plage autour d’un feu ou en passant la serpillère, peu importe tant qu’on se laisse porter par cette musique douce et entraînant. Allez hop, tous à vos guitares -moi le premier- car il y a encore du boulot avant d’atteindre un dixième de son niveau. Respect, monsieur De Platas.

Laurent.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s