Justice – Audio, Video, Disco

Genre: electro house                ®2011

Le premier album éponyme de Justice est arrivé tel un missile nucléaire dans le vaste monde de la musique électronique. Nous sommes en 2007 et la house music ne propose plus rien d’intéressant depuis plus de cinq ans. La French Touch n’est pas totalement foutue avec les efforts de Daft Punk, Sebastien Tellier ou Air qui parviennent à positionner notre pays natal sur le podium de l’électro derrière les britanniques et les allemands. Mais avec un style bien à lui incluant une basse de dix tonnes et des rythmiques parfois inspirées du heavy metal, le duo composé de Gaspard Augé etXavier de Rosnay insuffle une bouffée d’air frais lui apportant un succès interplanétaire amplement mérité. Le groupe enchaîne alors les concerts pendant des mois et il faudra attendre quatre ans avant de voir apparaître le deuxième opus Audio, Video, Disco. La célèbre croix est toujours présente et on se demande en la contemplant ce que propose cette nouvelle offrande. Il semblait difficile de faire mieux que † (2007)  tant ce dernier ne manquait d’inspiration, et pourtant! Moins violent et plus porté sur les mélodies, AVD enchaîne les tubes tout en se préservant dans un contexte beaucoup moins commercial, plus sobre mais pas pour autant dénué de nouveautés.

Pour tout vous dire, je ne suis au courant de sa sortie que depuis quelques jours. Pas de clip intercepté ni sur le net ni à la télé, pas d’informations des connaisseurs, comme quoi le succès ne monte pas à la tête de tout le monde. Justice fait partie de ces artistes modestes qui vivent de leur musique parce qu’ils la vivent plus qu’ils ne l’exploitent, et ça se ressent à l’écoute de ce fabuleux album. La baffe s’est déclenchée dès la première écoute avec cet succession de mélodies tantôt posées tantôt stimulantes comme sur . Les références au rock des 70’s sont à l’origine du nouveau son de Justice, ainsi « Horsepower », « Civilization », « On’n’On » ou « Parade » font penser au groupe Yes qui aurait samplé ses guitares de même que « Brianvision » noue des liens éloignés avec Brian May de Queen. Le hard rock aussi est dans la place avec « Canon » en clin d’oeil à Deep Purple et « New Lands » typée AC/DC. Un tas d’influences menant à une diversité bienvenue et jamais à côté de la plaque.

Différent de son prédécesseur par son côté rock et une puissance modérée, Audio, Video, Disco n’innove pas autant non plus mais le groupe à évité un #2 et la modestie dont il fait preuve est honorable. Les fans du Justice nerveux n’en auront pas toujours pour leur compte en revanche les amateurs de French house en son sens général devraient être ravis.

Laurent.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s