Archive – Take My Head

Genre: trip-hop                        ®1999

Pionniers du trip-hop aux côtés de Massive Attack, Portishead, Morcheeba et Faithless, les Londoniens d’Archive sont reconnus dès leur premier album, Londinium (1996), très sombre et démarqué des autres albums du genre par la présence du rappeur Rosko John. Trois ans après, le groupe engage la chanteuse Suzanne Wooder et sort l’album de la consécration, l’époustouflant Take My Head  (1999), considéré comme leur chef-d’oeuvre. Un sujet à débat puisque Londinium a également son lot d’admirateurs. Avec la nouvelle chanteuse, le ton est beaucoup plus mélodique et plus pop. Les sonorités électroniques apportent également une certaine fraîcheur à la musique du combo sans pour autant négliger les racines trip-hop. Il faut dire que même si Mezzanine (1998) de MA a repoussé les limites de la musique expérimentale et du trip-hop en outre, Take My Head a également apporté une contribution importante par sa diversité.

Production parfaite signée Ian Stanley (ex-Tears For Fears) et Archive, enchaînements de titres plus poignants les uns que les autres, Take My Head est une sacrée réussite. Les émotions diffusées ne sont peut-être pas aussi intenses que ne le sont celles des légendaires « Glory Box » ou « Teardrop », même si « You Make Me Feel » n’a pas à rougir face à ces poids lourds du trip-hop. Tout le monde ne peut pas être Beth Gibbons (Portishead) ou Elisabeth Fraser (ex-Cocteau Twins et chanteuse sur « Teardrop ») mais le choix de Suzanne Wooder est tout à fait honorable. Parfois bien rythmés (« The Way You Love Me », « Well Known Sinner »), ou parfois armés de basses énormes (« You Make Me Feel », « Take My Head »), tous les morceaux possèdent le petit détail qui tue.

Nous sommes en 1999 et tous les artistes majeurs du trip-hop ont sorti leur chef-d’oeuvre. Il ne restera au début des années 2000 que les somptueuses voix des chanteuses de Hooverphonic et de Goldfrapp en guise d’adieu à la courte vie du trip-hop -moins de dix ans- avant que la musique électronique, essentiellement dansante, ne prenne la relève. Pour en revenir à Archive, l’orientation prise sur You All Look The Same To Me (2002), si elle s’éloigne de plus en plus du trip-hop, n’a pas cédé à la facilité de la house techno. En se tournant vers la légende Pink Floyd tout en continuant les expérimentations à la limite du post-rock de Mogwai, Archive a mieux su évoluer dans l’air du temps que ses camarades. Si vous n’appréciez pas le penchant hip-hop du pourtant exemplaire Londinium, alors Take My Head est l’album que vous cherchez.

Laurent.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s