Machine Head – The More Things Change…

Machine_Head_-_The_More_Things_Change...genre: Power Thrash                     ©1997

Trois ans après un premier album du tonnerre qui amorça une nouvelle ère pour le heavy metal, Machine Head rempile avec un nouveau batteur, Dave McClain (ex-Sacred Reich) à la frappe imposante en remplacement de l’excellent Chris Kontos. Il s’en est passé des choses depuis la sortie de Burn My Eyes (1994), entre l’arrivée du metal hybride de KoRn, de la rage adolescente de Deftones et des albums Stomp 442 (1995), Demanufacture (1995) et Roots (1996) respectivement d’Anthrax, Fear Factory et Sepultura. Robb Flynn (chant/guitare) avait tout intérêt à se remuer les méninges pour pondre un opus de la trempe de son prédécesseur sans pour autant lui ressembler trait pour trait. Pari gagné avec l’étrange The More Things Change… sur lequel le groupe offre une musique moins directe mais plus sombre et peaufinée.

Écopant toujours grâce à Colin Richardson d’un son encore plus énorme que celui de Burn My Eyes, cette deuxième galette s’enregistre dans la lignée de la première, n’intégrant pas vraiment d’éléments nouveaux hormis un chant clair plus maîtrisé et un goût prononcé pour les longues plages ambiantes. Démarrant sur des chapeaux de roues avec une triplette mêlant power thrash et refrains mémorables (« Ten Ton Hammer », « Take My Scars » et « Struck A Nerve ») rappelant celle de Burn My Eyes « Davidian »/ »Old »/ »A Thousand Lies », The More Things Change… arpente un chemin plus alambiqué à partir de « Down To None » et son intro très Sabbathienne, titre qui commence en douceur avant de laisser exploser cette rage significative, un schéma qui se reproduit plus loin avec « Violate ». La basse d’Adam Duce se veut plus grondante que jamais, apportant de l’ampleur à des « The Frontlines » et « Spine » partagés entre gros riffs qui tâchent et moments plus calmes. Mais avant de pouffer d’ennui si vous préférez le MH sans concession, « Bay Of Pigs » et « Blistering » vous rappellerons à l’ordre toujours avec ce néo-thrash bien fat.

Ne possédant pas le statut culte de Burn My Eyes, ce deuxième rejeton trop dans l’ombre de son grand frère renferme une musique plus intimiste, plus sombre et mieux produite, technologie oblige. Si les morceaux crescendo en font chier certains, je trouve au contraire qu’ils représentent vraiment l’identité de MH bien qu’on se souvienne davantage des morceaux aux structures plus basiques. Une des meilleures offrandes du groupe avant un tournant qui va radicalement faire jaser pendant des années.

Laurent.

Line-up: Robb Flynn (chant, guitare), Adam Duce (basse), Logan Mader (guitare) et Dave McClain (batterie).

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s