Slayer – Haunting The Chapel (ep)

Slayer-HauntingTheChapel

genre: thrash metal               ©1984

Certains groupes mettent des années à trouver leur voie, d’autres sont empreints d’une aura et imposent leur style dès les premières heures. Les quatre californiens de Slayer, qui ont repoussé les barrières de la violence avec le terrible Show No Mercy (1983), ne tardent pas au même titre que Metallica et Anthrax à inaugurer un style qui fait encore fureur aujourd’hui: le thrash metal, dont le terme a été employé pour la première fois par Malcolm Dome, un journaliste du magazine anglais Kerrang!, afin de désigner le premier album d’Anthrax Fistful of Metal, sorti en janvier 1984.

Contrairement à la bande de James Hetfield qui invente le thrash à connotation progressive avec le légendaire Ride The Lightning (1984), Slayer ne fait guère beaucoup dans la mélodie, ne se préoccupant que de la vitesse d’exécution et ne laissant jamais l’auditeur reprendre son souffle. Ce n’est en revanche pas sur un album mais sur un ep quatre titres que ce dernier va révéler son savoir-faire et établir son style particulier, reconnaissable entre mille. Une nouvelle fois produit par Brian Sagel de Metal Blade, l’ambiance est plus sombre que sur le premier album et la vitesse accrue. Petite anecdote: au début des enregistrements, Dave Lombardo répondait mal aux exigences du guitariste Kerry King qui lui demandait de jouer plus vite, si bien que le batteur a fait appel à son ami Gene Hoglan de Dark Angel pour l’aider à tenir son kit de batterie instable mais aussi pour un coaching sur l’utilisation intensive de la double-pédale. L’affaire est réglée en quelques jours, les morceaux « Haunting The Chapel », « Chemical Warfare » et « Captor of Sin », déjà joués en live, sont enregistrés avec l’ingénieur du son chrétien Bill Metoyer qui pensait alors finir en Enfer pour son implication dans la mise en boîte de cet ep! C’est ainsi que le son « Slayer » est né.

Au même titre que Morbid Tales de Celtic Frost sorti fin 1984, Haunting The Chapel devient rapidement un album influent pour le death metal à venir. L’ère du metal extreme commence et ne cessera jamais d’imposer sa suprématie dans la communauté metal. Le meilleur reste à venir, à commencer par le deuxième rejeton de Slayer, le terrible Hell Awaits. Stay trve \m/

Laurent.

Line-up: Tom Araya (chant/basse), Jeff Hanneman (guitare), Kerry King (guitare), Dave Lombardo (batterie)

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s